La revue de press(qu)e


Rubrique tenue par Holly Mielaga

Revue de presse, Le Môme Bitlomapique

Gentillette Liberté porte bien son nom. Elle commence par une mélodie, un air qui vous attache. Si on n’écoute pas les paroles (eh oui, ça arrive) on pourrait croire que cette mélodie est le berceau d’une chanson d’amour toujours supplémentaire. Mais non ! C’est celui d’un message aux sentences saisissantes. D’actualité, hélas toujours, comme on ne cesse jamais d’être en guerre, et qui nous touche au plus profond de nos combats ordinaires. Allez donc plus loin et écoutez avec votre cerveau, nom d’un chien ! Ou laissez vous bercer, ça fait du bien aussi.

Album Napalm, brûlé au nom de la liberté d’expression.

Revue de presse, Saput les Colins

C’est avec brio que Colaire Solère démarre l’album Napalm. Humano-écolo-féministe, Alco use du verbe, des voix et des cordes comme il sait si bien le faire et donne le ton d’un album qui remue dans tous les sens du terme. À écouter, réécouter, réréécouter… Comme l’artichaut, plus on se rapproche du cœur, meilleur c’est. Comme l’huître rare, la perle de culture est à l’intérieur. Bonne écoute, réécoute, réréécoute donc.

Album Napalm, pas encore vraiment sorti et déjà rentré.

Revue de presse, Guépard Tarte

Il est assez rare que je reste sans voix, que je me sente vide, vidée de ma substance. C’est l’effet que me fait les Ailes du Moineau. Le temps suspend son vol pendant 4 minutes et 33 secondes. Mélancolie déclinée en une voix et une guitare qui m’interroge sur moi, les choix, la vie et les autres. Une claque sonore qui ramène sur terre avant de s’envoler à nouveau, mais plus haut encore. À écouter avec parachute.

Album Napalm, sortie prévue (et c’est déjà pas mal).

Fock’n rolk du 31 février 2012

Quand une bossa vous met en face de vos responsabilités. Et Toi ? donne à réfléchir. C’est le souci avec Alco, difficile d’écouter à la légère. Quoique, en se la jouant bobo, on pourrait dire : « quel rythme entraînant ! » Et on aurait le droit quand même. Allez, écoutez comme vous voulez, bande de nobos, mais entendez !

Alco, album Napalm sortie en septembre 2011.

Revue de presse, le Paririen du 16/10/2012

Eh ben c’est pas trop tôt ! Un siècle qu’on l’attend ! Cette nouvelle version des contes de fées revisités plutôt choc sexy rock. Avec ses jeux de mots hilarants, Alco manie sa langue française et la balade un peu partout. C’est pour le grand plaisir de ses dames qui y verront là un manifeste anti conte machiste pour les petites filles roses bonbon. Eve, Cendrillon, et quelques autres, à écouter jusqu’à la fin, donc pas à la radio.

Album Napalm, brûlé en 1943.

Repue d’ivresse de Slonotone Ring du 09/09/56

Avec Blues pour Fesses Poilues, on retrouve un des grands thèmes du blues : l’amour déçu. Mais on est loin d’une bluette romanticolarmoyante. Une fois de plus, Alco nous fait marrer avec ses paroles imagées. C’est vrai, on s’y croirait, même si l’histoire a pu vraiment arriver à certains d’entre nous. Ceux là rigolent-ils autant ? C’est bien possible. Ah, les vertus du blues ! Sinon, il leur reste quand même un beau rythme dans lequel la fine guitare d’Alco fait encore merveille !

Blues pour fesses poilues, album Napalm dans les bacs depuis son dernier examen.

Matéléra du 12 mars 2012

L’ami du petit déjeuner, Napalm vous donne envie de vous lever en vous secouant les neurones. Sous couvert d’un air qui remue vos petites fesses (même les plus grosses) le message appelle carrément à la rébellion. Euh… peut-être pas, mais je vous assure que dans les oreilles sur les coups de 8:00 du mat´ on boufferait du lion. À programmer au réveil donc, et également en cas de baisse de tension.

Album Napalm d’Alco dans les bacs le 14 juillet 1789.

Extrait des Intoxckuptibles du 11 septembre 2012

Citius, Altius, Fortius, un titre explosif qui vous met les tripes à l’air. Du solo à l’orchestration finale, on est scotché à l’écouteur, prêt à entendre la suite. Alco, album Napalm, sortie en septembre 2011. On attend la suite.